Actualités

ça vient de paraître…

macariennes« Les Macariennes », poème gascon publié en 1763 et traduit par Bernard Manciet, avec Guy Latry, professeur émérite de l’Université Bordeaux-Montaigne

Présentation du livre samedi 30 novembre à 10h30, à la médiathèque Robert Escarpit, 15 place du Mercadiou à Saint Macaire

Macariennes invitation 2

Bon de commande

 

 

café estuarienRencontres autour de l’estuaire : « Les peyrats de l’estuaire »

Tous les mois, les « Cafés estuariens », permettent au Conservatoire de l’estuaire de la Gironde de proposer un moment d’échange autour d’un thème intéressant la vie estuarienne. Le 5 décembre prochain, à Saint-Julien-Beychevelle, Claire Steimer viendra nous parler des « peyrats ».

Le long de l’estuaire de la Gironde, à partir du XVIIIe siècle puis durant le XIXe siècle, des cales saillantes formant épis dans l’estuaire ou inclinées en bordure du chenal, sont aménagées pour recevoir les bateaux et faciliter le débarquement des marchandises. À Pauillac, Saint-Estèphe ou Beychevelle, elles sont désignées par les termes peyrat ou perrat, du gascon « péyra » signifiant pierre ou amas de pierres.

Claire Steimer, conservateur au service du patrimoine et de l’Inventaire de la Région Nouvelle-Aquitaine, évoquera ces peyrats à l’occasion du prochain Café estuarien qui se tiendra

le jeudi 5 décembre, à 18h00, salle des fêtes de Saint-Julien-Beychevelle.

Entrée libre et gratuite ! contact : 06 63 80 31 45

http://www.estuairegironde.net

 

 

ça vient de paraître…

Sortie du livre, « Le château d’Issan. Une ˮmaison aux champsˮ du temps de Louis XIII en Médoc », Claire steimer et Xavier Pagazani, Adrienne Barroche (photographe)

csm_Issan_couv_web_6efea52b38

A l’occasion de la parution de l’ouvrage : « Le château d’Issan. Une ˮmaison aux champsˮ du temps de Louis XIII en Médoc », la Société Archéologique de Bordeaux vous convie à une rencontre avec les auteurs le mardi 3 décembre 2019, à 17h30, au Musée d’Aquitaine.

Monument historique et troisième Grand cru classé au sein de l’appellation Margaux, Issan reste méconnu malgré sa notoriété.

Avec ses hauts pavillons et ses larges fossés en eau, le château passe pour un édifice médiéval dont l’aspect actuel doit beaucoup au XIXe siècle, comme tant d’autres châteaux du Médoc. Cette vision, indue, reste cependant trop réductrice.

À partir de sources anciennes et de l’analyse du bâti, Xavier Pagazani et Claire Steimer révèlent le château et le domaine au moment de leur création au début du XVIIe siècle et, au fil des pages, démêlent l’histoire de leur évolution jusqu’à nos jours. Le texte, accompagné d’une iconographie riche et inattendue et de restitutions éclairantes, donne à voir le château dans toutes ses dimensions et invite le lecteur à remonter le temps, à découvrir les abords avec le vaste parc et le jardin d’agrément, la demeure noble avec ses façades au traitement différencié, son ample escalier, la chapelle et ses peintures ou encore les superbes cheminées à placage de marbres des pièces de réception.

Cette étude inédite trouve son origine dans une opération d’Inventaire menée depuis 2010 sur le patrimoine architectural et paysager des communes riveraines de l’estuaire de la Gironde par le service régional du patrimoine et de l’Inventaire de la région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec le Département de la Gironde.

Quelque quatre cents ans après la construction du château, le livre apporte un regard neuf sur une importante demeure noble du règne de Louis XIII, mais aussi une approche renouvelée de l’architecture bordelaise du temps. Grâce à une enquête serrée, les auteurs parviennent à proposer la lecture originale d’une résidence à la campagne, une « maison aux champs ».

Rendez-vous le mardi 3 décembre 2019, à 17h30, à l’auditorium du Musée d’Aquitaine

L’ouvrage :

PAGAZANI Xavier, STEIMER Claire, BARROCHE Adrienne (photogr.). Le château d’Issan. Une « maison aux champs » du temps de Louis XIII en Médoc. Bordeaux : Société archéologique de Bordeaux, 2019. (Collections Mémoires).

est disponible en librairie et auprès de la Société Archéologique de Bordeaux.

Hôtel des Sociétés savantes, 1 place Bardineau, 33000 Bordeaux
Téléphone : 06 63 77 03 28
Courriel : soc.archeo.bordeaux@free.fr

http://inventaire.aquitaine.fr/actualites/publication-le-chateau-dissan/

 

 

Notre-Dame de Bonne Espérance. Une trappe en Médoc (1821-1830). Auteur Jean-Pierre Méric.

Trappistes couverture

Qui se souvient aujourd’hui de la petite abbaye trappiste installée à Saint-Aubin-de-Médoc (Gironde) entre 1820 et 1830 ? Aussi mal connu que bien documenté, ce court épisode de l’histoire du diocèse de Bordeaux au XIXe siècle se situe pourtant au cœur des vicissitudes qui ont bousculé la renaissance de la vie cistercienne dans la France de la Restauration, ballottée entre l’observance de la Valsainte et celle de la réforme de Rancé. En 1826 et 1827, une suite de circonstances malencontreuses vient sceller l’éphémère et malheureux destin de ce monastère girondin.

D’où vient la petite communauté qui s’installe à Saint-Aubin ? Pourquoi le monastère est-il érigé en abbaye cinq ans à peine après sa fondation ? Qui sait aujourd’hui que Chateaubriand a évoqué le frère Jean-Baptiste, son premier et unique père-abbé, dans le Génie du christianisme ? Comment Alfred de Vigny connaissait-il également ce saint personnage ? En répondant à ces interrogations, cet ouvrage s’attache à retracer et à mettre en lumière l’histoire de cette communauté de trappistes médoquine.

Presses Universitaires de Bordeaux (collection Identités religieuses), 21 €, ISBN : 979-10-300-0253-9

En vente en librairie, ou sur le site des Presses Universitaires : http://www.pub-editions.fr


ça peut vous intéresser.

AFFICHETTE

Les Editions Libre Label de Bordeaux viennent de lancer une souscription pour ce récit de 200 pages.

Véronique AURIOL, auteur passionnée et passionnante, subjuguée par le destin de celui que rien ne prédestinait à une carrière internationale, se consacre aujourd’hui à la réhabilitation de la mémoire d’Edgard PILLET, cet artiste ce natif de Saint-Christoly Médoc injustement tombé dans l’oubli…

Un artiste complet, à la fois peintre, sculpteur, architecte, designer, écrivain mais surtout un créateur passionné… avec une vie bien remplie à explorer de nombreuses formes artistiques, à parcourir le monde, à côtoyer les grandes figures du monde de l’Art du XX° siècle et à faire oeuvre de pédagogie pour défendre l’abstraction si chère à son coeur… mais aussi une vie infiniment romanesque…

Edgard Pillet, un homme tout à fait passionnant et un bel artiste est remis en lumière dans ce récit de vie écrit par Véronique Auriol sous la forme d’une apostrophe intimiste et bienveillante à partir de rencontres de personnes qui ont partagé sa vie et de la nombreuse documentation mise à sa disposition par sa dernière compagne.

Cet ouvrage disponible en souscription. Parution prévue : Octobre 2018 au plus tard. Les Editions LIBRE LABEL propose de découvrir en exclusivité ce nouveau texte illustré (210 pages, au prix de 19 euros en souscription), d’ores et déjà disponible à la vente en ligne dans leur boutique ici, pour une parution prévue dans quelques semaines.

 


Conférence Histoire des Phares et Balises de la Gironde, par François Jouison, aux Archives de Bordeaux Métropole, le jeudi 26 avril à 18h

http://archives.bordeaux-metropole.fr/fr/actualites/rendez-vous-1/l-histoire-des-phares-et-balises-de-la-gironde-100/n:44

 

Conférence La côte atlantique vers 1700 (à travers les cartes de Claude Masse), par Yannis Suire, à la bibliothèque Bordeaux Mériadeck, le samedi 28 avril à 18h

http://bibliotheque.bordeaux.fr/in/evenements/ceb595a1-e2b3-454d-a2b2-dab65a46efc6

 

Vient de paraître : « Des bateaux aux couleurs de la Gironde 1818-2018 » de François Jouison

téléchargementAu moment où l’histoire maritime de la métropole girondine, quelque peu délaissée, revient sur le devant de la scène, avec notamment la prochaine ouverture du Musée de la Mer et de la Marine de Bordeaux, au moment où la Cité du Vin de Bordeaux bat son plein de touristes, le vin et la marine ont toujours été les vecteurs du rayonnement bordelais dans le monde.

On appelait alors le port de la Lune le grenier de la France et c’est là que se faisait la plus grande partie du commerce du royaume.

Toutes les marchandises du Languedoc, de Provence, d’Orient et des îles d’Amériques venaient à Paris en passant par Bordeaux. C’est également de là que les vins, stockés dans les chais situés dans le faubourg des Chartrons, s’exportaient au-delà des océans.

Certaines compagnies maritimes n’hésitèrent pas à baptiser leurs navires du nom de grands crus bordelais.

Deux navires prirent le nom de « Château Margaux », quatre celui de « Château-Yquem, six « Château Lafite », un « Château Léoville » , deux « Châteaux Palmer », deux « Pontet-Canet », un « Château Pavie », un « Château Pétrus », un « Château Larose », deux « Château Latour ».

Les armateurs mirent d’autres bateaux en service aux noms évocateurs de « Barsac », « Saint-Émilion », « Listrac », « Pauillac », « Saint-Estèphe », « Pessac », « Léognan »…

Ce livre passionnant, illustré de 280 photos, raconte cette histoire extraordinaire et assez peu connue.

Si vous vous intéressez au monde maritime, alors n’hésitez-pas à vous procurer l’ouvrage Des bateaux aux couleurs de la Gironde aux éditions Decoopman (boutique en ligne : www.decoopman.com).

Format : 156 x 234 – 300 pages – 280 photos NB – Prix 22 €

Présentation des bateaux aux couleurs de la Gironde

 

Parution du livre « Le mariage du chevalier du Périer de Larsan » de Marc Vignau

 

Lettres inédites du chevalier de Romain du Périer de Larsan à la famille d’Aux (1789-1790)

Parution du nouvel ouvrage édité par A2PL, consacré à l’homme de lettres médocain Romain du Périer de Larsan (1757-1828), bien connu du monde des chercheurs et des bibliophiles.

Né au château de Livran à Saint-Germain-d’Esteuil, propriétaire d’un domaine à Saint-Christoly-Médoc et marié à Mlle d’Aux, fille du seigneur du Barrail à Bégadan, Romain du Périer de Larsan est particulièrement connu pour le récit qu’il laissa de son emprisonnement à Bordeaux, témoignage des heures de la Révolution.

Cette édition résulte de la découverte récente d’un lot de correspondance privée échangée à la fin du 18e siècle par le chevalier du Périer de Larsan et les d’Aux, sa belle-famille. Ces documents inédits sont enrichis de travaux de recherche et de 15 pages d’iconographie.

La parution officielle a eu lieu samedi 3 mars.  En Médoc, l’ouvrage est disponible cette semaine suivante, en Sud-Médoc auprès de l’association, ainsi qu’à Lesparre à l’espace culturel Leclerc.

 

 

La SAHM vous présente ses meilleurs voeux 2018 et vous annonce la sortie du numéro 68 des Cahiers Méduliens

Affichette N°68 Cahiers Méduliens

Le numéro 68 de la revue de la Société archéologique et historique du Médoc, Les Cahiers Méduliens (décembre 2017), fait la part belle à l’histoire viticole du Médoc. Y sont notamment évoqués :

-le château Durfort-Vivens (Margaux), à travers la saga de la famille Ainslie proposée par Jean-Pierre Méric (1ère partie) ;

-le château voisin de Lascombes dont Nicolas Rubisiak retrace la préhistoire puis l’évolution au gré de ses propriétaires successifs du XVIIe au XXe siècles ;

-le Château Chasse-Spleen (Moulis-en-Médoc) avec la figure de Rosa Ferrière-Castaing, femme de tête, qui concourt à la renommée du cru dans la 2e moitié du XIXe siècle ; l’oraison funèbre de la châtelaine de Chasse-Spleen, document rare, a été communiqué par Guillaume Batailley, fidèle adhérent de notre Société ;

-enfin, Claire Steimer a étudié le patrimoine du vignoble de Soulac, fleurissant à la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, et témoignant d’un aspect méconnu de l’histoire viticole médocaine.

Si la thématique viticole est largement abordée dans ce numéro, d’autres aspects du territoire sont également mis en évidence : Dominique Brocheriou et Michel Seutin proposent une rubrique sur la toponymie et s’intéressent à « la fosse aux loups » ; quant aux « Bonnes pages à lire ou à relire », elles restituent les rapports du comte de Vivens sur les encombrements de la Gironde, dans la première moitié du XIXe siècle.

Bonne lecture et belles découvertes !

 

Sortie du N°67 « Regards sur le Médoc »

communiqueSAHM_8juin

Couverture N°67