Les Rencontres estuariennes

Retrouvez le programme complet des Rencontres estuariennes ur les deux rives de l’estuaire, du 29 avril au 30 mai 2022.
Depuis 2004, cette manifestation s’appuie sur les spécificités patrimoniales des territoires riverains de la Gironde. Le “Mois de l’estuaire”, avec de nombreuses expositions, projections et animations sur les deux rives de l’estuaire et des sorties sur le terrain (sur inscription). Voir le programme complet :

Conservatoire de l’estuaire de la Gironde
conservatoire@estuairegironde.net
L’estuaire sur Internet : estuairegironde.net / Facebook
L’estuarien : la revue trimestrielle de l’estuaire de la Gironde

Samedi 30 avril 2022 à 15h, conférence de Claire Steimer : Entre Dordogne et Estuaire, résultat de l’inventaire du patrimoine.
Cette conférence, proposée par le Cercle historique des Pays de Bourg, aura lieu dans la salle des chais de Portier, à Bourg.

Quelques-unes des animations pour la rive du médoc: 
– une balade gourmande autour de Saint-Seurin-de-Cadourne le 28 mai ;
– une journée-découverte dans le Vieux port aux huîtres du Verdon, le 30 avril ;
– trois parcours sur les traces du petit tramway de Royan, les 11, 18 et 25 mai ;
– une cueillette de plantes sauvages suivie d’un atelier cuisine, le 7 mai à Saint-Seurin-d’Uzet ;
– une balade sur l’estuaire « Des épaves, des histoires », les 16 et 30 mai au départ de Blaye.
 
 

La SAHM accueille deux nouveaux membres au sein de son bureau

Le bureau de la SAHM a le plaisir de compter parmi ses membres deux nouvelles jeunes recrues, Emily Chevalore, Docteure en histoire moderne et contemporaine, thèse soutenue à l’Université Michel Montaigne et Yoann Ceinturet, guide à la Tour de l’Honneur de Lesparre, auteur de plusieurs articles sur la protohistoire et contributeur des Cahiers Méduliens. 

@photoSud Ouest

Marie-Louise Achille-Fould, une femme de coeur

A l’occasion de la journée des droits de la femme, nous avons choisi d’évoquer Marie-Louise Achille-Fould née Heine. Ce portrait est extrait de la publication de Michel Aka parue dans Les Petites Monographies consacrées à quelques biographies médoquines.

Marie-Louise naît à Paris le 12 août 1865 ; elle est la fille du banquier Armand Heine (futur propriétaire du Château Beychevelle à Saint-Julien). Lorsqu’elle se marie en 1890 avec Charles Achille Fould, elle réside avec sa mère Marie-Amélie au château Beychevelle. A l’image de sa mère qui voua une partie de sa fortune et de sa vie à subvenir aux besoins des nécessiteux, Marie-Louise inspirée par ce bel exemple maternel, fonde une oeuvre d’assistance sociale, rue de la Glacière dans le 13ème arrondissement de Paris. Cette oeuvre comprend jusqu’en 1905 une crèche, un orphelinat, un service de visite des malades à domicile, un patronage, un fourneau économique, et des lits pour les malades. Marie-Louise assure la direction de l’ensemble et développe son oeuvre en ouvrant une école d’infirmière, un dispensaire, une consultation pour nourrissons, une « goutte de lait » (distribution de lait aux femmes) ; elle agrandit également le service des malades portant le nombre de lits à 24. L’école d’infirmière forme 30 à 40 élèves annuellement ce qui permet à l’institution de fournir 150 infirmières aux premières heures de la guerre. Dès le début des hostilités, Marie-Louise ouvre dans son château de Jeand’heurs (Meuse) un hôpital auxiliaire de 300 lits ; l’hôpital est évacué à Biarritz au moment de l’avancée allemande et installé au casino municipal. Elle y dirige la formation jusqu’en novembre 1914, date à laquelle elle peut rouvrir l’hôpital de Jeand’heurs qui sert d’annexe à l’hôpital militaire de Bar-le-Duc. Marie-Louise dirige cet hôpital jusqu’à la fin de la guerre avec le grade d’infirmière-major, ce qui ne l’empêche nullement d’ouvrir au château Beychevelle un hôpital auxiliaire d’une capacité de 50 lits.

Elle est membre de la Société française de Secours aux Blessés Militaires , société qui est à l’origine de la Croix-Rouge française. elle fait don au Service de Santé d’une salle d’opérations mobile pour la 3e Armée en Argonne. Son dispensaire de la rue de la Glacière à Paris est transformé en Hôpital auxiliaire et sa capacité portée à 150 lits.

Marie-Louise est décorée de La Croix de Guerre en février 1917, elle reçoit la Palme d’Or du service de santé, la médaille des épidémies, elle est promue chevalier de la Légion d’Honneur par décret du 23 février 1921. Veuve en 1926, son fils Armand prend les destinées du château Beychevelle. Elle se consacre quant à elle à ses compatriotes médoquins et aux personnels de l’exploitation. « Elle entretint à ses frais des infirmières dans tout le Médoc. Mais bien entendu, l’essentiel de son dévouement se consacra au domaine lui-même dont elle prit en charge la vie sociale. Les malades, les enfants, les frais de santé étaient couverts par la propriété. Les vieux étaient logés jusqu’à leur mort, s’occupant, s’il le pouvaient des volailles ou l’entretient du jardin. »

Sortie du numéro 76

Le numéro 76 vient de paraître dans sa nouvelle charte graphique. Au sommaire :

-Le Bois-Carré, site et collections archéologiques : état des lieux. Claire Steimer

-Itinéraire outre-Atlantique d’une famille Bordelaise aux XVIIIe et XIXe siècles : les Bedout. Michel Aka

-Les vins blancs du Médoc : historique, perspectives et enjeux pour demain. Yves Raymond

-Le Talais, premier bateau-phare français. François Jouisson

-Jean-Arthur Delignac. Hector Mossant

-Saint-Pierre de Vertheuil : Article paru en 1990 dans le Congrès archéologique de France, Bordelais et Bazadais, 145e session, 1987, Société Française d’Archéologie. Jean Cabanot

-La restauration du portail sud de l’église de Vertheuil. claire Steimer

-Facture du Château Haut-Goua à Vertheuil

Bonne année 2022 !

Les membres du Conseil d’administration de la SAHM vous souhaitent une très belle année 2022, riche en découvertes et en partages !

Pour la SAHM, c’est l’année du changement d’identité visuelle avec notamment un nouveau logo que vous pouvez découvrir ici en avant-première. Cette nouvelle charte graphique sera adaptée à la revue et à notre site internet.

Encore un peu de patience pour avoir entre les mains votre prochain numéro des Cahiers Méduliens : nous travaillons encore à l’ajustement de cette nouvelle maquette ! Nous espérons pouvoir diffuser le n°76 d’ici la fin du mois de janvier !

En attendant, vous pouvez compléter votre collection de Cahiers avec d’anciens numéros qui vous sont proposés à un tarif préférentiel de 6 euros (au lieu de 12 euros) !

  • le numéro 65
  • le numéro 66
  • le numéro 69

 Vous êtes intéressés ? Contactez notre secrétaire à l’adresse : secretaire.sahmedoc@gmail.com

En attendant 2022…

Vous l’attendez certainement avec impatience mais le prochain numéro des Cahiers Méduliens ne paraîtra qu’en janvier 2022… Il n’en sera que plus beau, avec une nouvelle maquette ! Pour patienter, voici d’ores-et-déjà le sommaire du n°76 :

Clin d’œil

La nouvelle maquette des Cahiers Méduliens

Articles

Claire Steimer : Le Bois-Carré, site et collections archéologiques : état des lieux.

Michel Aka : Itinéraire outre-Atlantique d’une famille Bordelaise aux XVIIIe et XIXe siècles : les Bedout.

Yves Raymond : Les vins blancs du Médoc : historique, perspectives et enjeux pour demain.

François Jouison : Le Talais, premier bateau-phare français.

Petite chronique

Hector Mossant : Jean Arthur Delignac

Bonnes pages… à lire ou à relire

Jean Cabanot, Saint-Pierre de Vertheuil : article paru en 1990 dans le Congrès archéologique de France, Bordelais et Bazadais, 145e session, 1987, Société Française d’Archéologie.

Et en complément

Claire Steimer (en collaboration avec Rémi Jarris et Chris Chiama) : La restauration du portail sud de l’église de Vertheuil.

Histoires d’archives

Une facture du Château Haut-Goua à Vertheuil.

Parutions

Rendez-vous en janvier pour découvrir ce nouveau numéro !

Passez de belles fêtes de fin d’année !

[LIVRE] Les vertus, les moeurs et les manières. Les comtes de Ségur-Cabanac et Bordeaux (1655-1888)

de Jean-Pierre Méric

Prix 34 €. Presses Universitaires de Bordeaux

Souvent victime de confusion grossières avec les Ségur de Francs, et de l’extinction de sa lignée en Gironde au milieu du XIXe siècle, la maison de Ségur-Cabanac a pourtant plus d’un mérite à faire valoir à l’attention des historiens du Bordelais. enracinée au XVIe siècle dans la seigneurie de Cabanac (située au sud de Bordeaux), cette branche cadette de la foisonnante famille de Ségur gère aussi bien ses destinées matrimoniales que ses carrières militaires ainsi qu’un imposant patrimoine foncier. De 1704 à 1771, trois générations de comtes occupent la charge de lieutenant de maire de Bordeaux, en passe de devenir la seconde ville du royaume. D’où vient que, malgré une tentation parisienne de quelques années au milieu du XVIIIe siècle, leur présence à la cour se borne à leurs quartiers de commandement chez les Gendarmes de la Garde du roi ? Le choix de la « douceur de vivre » sur les rives de la rivière aux vignobles, sans doute.

Assemblée générale : 11 décembre 2021

L’assemblée générale annuelle se déroulera le samedi 11 décembre 2021 à partir de 10h à Pauillac.

Programme :

-10 h : AG

-12h30 : déjeuner au café Lavinal (sur réservation)

-14h30 : visite des chais du château Lynch Bages (sur réservation)

Contact : Michel Aka : secretaire.sahmedoc@gmail.com

7 octobre : Le Café Estuarien présente « l’île Pâté, son fort, son rôle »

Photo Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel, Adrienne Barroche, 2014

Le Café Estuarien reprend ses séances du premier jeudi de chaque mois à Saint-Julien-Beychevelle (18h). Le 7 octobre c’est « le fort Pâté  » qui sera à l’honneur avec Jacques Bunel, son propriétaire, et Claire Steimer.

Rendez-vous à la salle des fêtes de Saint-Julien-Beychevelle. Dans le respect des règles sanitaires.

La SAHM présente à la fête de l’environnement et de la forêt à Carcans-Maubuisson

Le samedi 18 et le dimanche 19 septembre, Hector Mossant représentera la SAHM à l’occasion de la fête de l’environnement et de la forêt, au musée Jean Gasnier à Maubuisson.

De 9h à 16h30, il y tiendra un stand avec notre revue et nos publications.

Programme complet sur le site de la commune de Carcans.